Antoinette Fouque: « Etre une femme n’est pas une construction  - Elle

Zoom sur les dirigeants
Antoinette Fouque: « Etre une femme n’est pas une construction  - Elle

Antoinette Fouque (Découvrir le profil elle.fr) va garder jusqu'à sa mort un ancrage politique marqué à gauche de ses années passées dans un quartier populaire. En 1964, Antoinette Fouque devient maman. Elle est alors confrontée aux obstacles que connait une femme lorsqu’elle assume ses rôles de femme et de mère tout en exerçant un métier. C'est dans un quartier défavorisé de la cité phocéenne que se passe son enfance.

Antoinette Fouque, la mère de la féminologie

Antoinette Fouque abhorre les "-isme", qui renvoient à une idéologie. Elle fait dès lors naître le mot "féminologie". Naturellement, l'auteure a participé à plusieurs ouvrages collectifs tels que "Génération MLF 1968-2008" ou "Mémoire de femme 1974-2004". Le combat d’Antoinette Fouque n'a rien à voir avec un militantisme féminin pur et dur, il soutient son attachement à la maternité.

Appuyée par plusieurs militantes, elle met en branle le Mouvement de Libération des Femmes. Pour parer une récupération par les partis, le sigle MLF a été déposé à l'INPI. Antoinette Fouque s'éloigne du Mouvement de libération des femmes lorsqu'elle s'envole pour les USA au début des années 80. Le mouvement, à cette époque en proie à des luttes intestines, a de moins en moins de militantes.

Une maison d'édition pour la littérature féminine

Les librairies ouvertes par Antoinette Fouque sont ouvertes jusqu'à minuit, il s'agit d'endroits d’échanges. Elle lance Les Editions des femmes au début des années 70. Les Librairies des femmes ouvrent à la même époque dans les principales villes françaises. Les lecteurs ont pu découvrir de nombreux écrivains grâce à la maison d’édition d’Antoinette Fouque, qui met en avant plus de six cents ouvrages consacrés à la réflexion des femmes.

Tous les combats féministes ont été soutenus par Antoinette Fouque. Aux Nations Unies comme partout dans le monde, la militante diffuse la parole des femmes. Pour Antoinette Fouque, il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme. C'est ce qu'elle clame durant une manifestation parisienne du Mouvement de libération des femmes.